Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

#CeJourLà - 10 août 1861 : la bataille de Wilson’s Creek

Autre article écrit en août 2011 à l’occasion des cent cinquante ans de la bataille de Wilson's Creek (10 août 1861), l'une des plus importantes sur le théâtre trans-Mississippi. 

Se déroulant quelques semaines à peine après la lourde défaite nordiste à Bull Run (21 juillet 1861) aux portes de Washington, Wilson's Creek fut l'un premiers affrontements majeurs de la guerre civile américaine. Elle fut la première d'une longue série de combats dont l'enjeu était le contrôle du Missouri. Ce dernier, Etat esclavagiste, était partagé entre le Nord et le Sud. Alors qu'une vague de sécessions avait suivi l'élection à la présidence d'Abraham Lincoln, les unionistes et les sécessionnistes du Missouri se déchiraient sur la question de la sécession. L'escalade commença lorsque le capitaine Nathaniel Lyon, commandant les regulars du 2nd US Infantry Regiment, s'empara de l'arsenal de Saint-Louis, qui contenait un important stock d'armes à feu. Lyon renforça ses forces en levant des régiments parmi la communauté allemande, très importante dans le Missouri et globalement pro-Union.  Avec ses troupes, Lyon attaqua le camp de la Missouri State Guard, une milice créée par le gouverneur sécessionniste du Missouri, Claiborne Jackson, et placée sous le commandement de Sterling Price, ancien gouverneur. Cette action eut pour conséquence de chasser les milices pro-sudistes de la partie nord de l'Etat. La Missouri State Guard se réfugia dans le sud du Missouri. Promu brigadier général, Lyon marcha vers le sud avec son armée. Forte d'environ 5000 hommes, cette dernière était constituée d'un mélange entre quelques unités de professionnels de l’US Army et des régiments de volontaires du Missouri, de l'Iowa et du Kansas. Une grande partie des soldats de l'Union étaient, comme mentionné plus haut, Allemands. Le ralliement à l'Union de Franz Sigel, membre important de la communauté germanique, ancien révolutionnaire de 1848 exilé en Amérique, avait permis le recrutement de nombreux immigrés allemands dans les rangs fédéraux. Menée par un chef énergique, s'appuyant sur des éléments solides (les regulars), l'armée nordiste du Missouri était une force de bonne qualité. En face, la Missouri State Guard, milice mal équipée et peu entraînée, ne pouvait compter que sur sa supériorité numérique et quelques régiments confédérés de Louisiane ou de l'Arkansas. L'armement et les uniformes étaient disparates. La majeure partie de soldats combattaient en civil avec des fusils de chasse ou vieux mousquets. Cette force, de moins bonne qualité que l'armée nordiste, était commandée par un brigadier général de l'armée confédérée, Ben McCulloch. Le 10 août 1861, ces deux armées s'affrontèrent à Wilson's Creek, dans le sud du Missouri.

De Saint-Louis à Wilson’s Creek

Se sachant en infériorité numérique (5000 contre 10000), Lyon choisit de prendre l'initiative et d'attaquer le camp des rebelles à Wilson's Creek afin de les surprendre. Il quitta Springfield, qu'il venait de prendre, et surprit l'ennemi à 5h du matin. Il détacha la brigade de Franz Sigel afin de prendre la Missouri State Guard et ses alliés à revers. La surprise fut totale : Lyon chassa les rebelles des hauteurs surplombant Wilson's Creek. L'artillerie de la brigade Sigel fit feu sur les arrières des Confédérés et de la Missouri State Guard et sema la panique dans leurs rangs. Les attaques et contre-attaques s'enchaînèrent toute la journée et peu à peu McCulloch reprit l'initiative. La manœuvre de Sigel fit long feu, faute de liaison entre le gros de l'armée et sa brigade. L'absence d'uniformité dans les tenues causa de lourdes pertes chez ses hommes lorsqu'ils laissèrent s'approcher un régiment sudiste, le prenant pour des renforts nordistes. Bien que blessé, Lyon tenta désespérément de rallier ses hommes en les menant lui-même au combat. Il fut tué à la tête d'un régiment du Kansas. Le major Samuel Sturgis, de l'armée régulière, prit le commandement et résista encore quelques temps aux attaques de la Missouri State Guard et des Confédérés avant d'ordonner la retraite. La bataille de Wilson's Creek s'achevait sur une défaite de l'Union.

La bataille. Au nord, Lyon attaque. Au sud, Sigel effectue un mouvement tournant.

De chaque côté, la bataille causa la perte d'environ 1300 hommes. Sur le plan stratégique, la bataille donna pour quelques mois un avantage certain aux sécessionnistes. La mort de Lyon priva le Nord d'un chef militaire énergique qui aurait pu jouer un plus grand rôle dans la guerre. Price et la Missouri State Guard marchèrent le nord du Missouri et s'emparèrent de la ville de Lexington. Cependant, le départ vers l'Arkansas des troupes confédérées laissa seules les milices du Missouri alors que l'armée nordiste se réorganisa rapidement et reprit le terrain perdu. Les sécessionnistes du Missouri proclamèrent le ralliement de l'Etat à la Confédération mais celui-ci resta sous le contrôle de l'Union. Le conflit entre partisans du Sud et partisans du Nord dégénéra en une sanglante guérilla qui dura quatre ans. La bataille de Wilson's Creek ne signifiait que le début de la guerre à l'ouest.

 

Nathaniel Lyon

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article