Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

Paul Ier, la Folie d’un Tsar, d’Alain Blondy

Ce livre me faisait de l’œil depuis son achat. J’avais déjà lu quelques articles par ci par là sur la vie du tsar fou. L’écoute d’un entretien du passionnant podcast Storiavoce avec l’auteur avait déjà suscité mon intérêt. La parution de cette biographie de Paul Ier, d’Alain Blondy, était l’occasion d’en apprendre plus sur la Russie de la seconde moitié du XVIIIsiècle. Je vais déflorer de suite mon propos en disant que je suis resté sur ma faim à la lecture de ce livre. Entre l’histoire d’un Empire russe émergeant sur la scène européenne, alors que la Révolution française s’apprête à bouleverser l’Europe, et la personnalité totalement excentrique de ce souverain, il y a une belle matière. 

 

Sur la forme, j’ai peu goûté le style plutôt grandiloquent d’Alain Blondy. Notre langue recèle de nombreux mots et expressions peu usités (et je reconnais que l’auteur m’en a fait découvrir plusieurs) mais est-ce pertinent dans une biographie de ce genre ? Cela nuit à la fluidité du texte sur lequel on accroche régulièrement et pourra rebuter un lectorat intéressé par une première approche de ce sujet.

 

Sur le fond, un coup d’œil sur les précédentes publications d’Alain Blondy nous montre que cet auteur est un spécialiste du monde méditerranéen, et tout particulièrement de l’ordre des chevaliers de Malte, les Hospitaliers. Je suppose d’ailleurs que c’est par ce biais qu’Alain Blondy s’est intéressé à Paul Ier, proclamé grand maître de l’ordre de Malte après la prise de l’île par l’Armée d’Orient du général Napoléon Bonaparte. Cette expertise déséquilibre l’ouvrage qui accumule des pages et des pages sur l’ordre de Malte et l’intérêt que lui porte le tsar. J’ai souvent eu le sentiment que le rôle de Malte et de l’ordre des hospitaliers sur l’échiquier européen durant cette période est surestimé. Faute de connaissances poussées sur la Russie moderne, je manque de recul sur le sujet mais je suis également resté perplexe sur certains points. Catherine II la Grande était-elle vraiment cette mégère avide de sexe et bouffie de mesquinerie ? La tsarine est décrite comme une mère castratrice acharnée à détruire psychologiquement son fils. Je suis curieux d’en lire plus sur le sujet.

Paul Ier était-il fou? C’est ce que semble souligner en tout cas le sous-titre, « la folie d’un tsar », de l’ouvrage. Je ne suis pas parvenu à situer précisément la thèse de l’auteur. L’empereur de Russie apparaît bien comme un être profondément instable sur le plan psychologique. Etait-ce de la démence ? Il manque à mon sens une analyse psychologique du personnage réalisée par un expert à base des sources existantes, comme peuvent le proposer d’autres livres. 

 

Je n’ai pas non plus passé un moment déplaisant de lecture. Les paragraphes ci-dessus visent d’abord à mettre en relief les points saillants qui ont fait que cette biographie m’a laissé sur ma faim. Dans l’ensemble, sans être incontournable, l’ouvrage peut être une première approche de la Russie moderne, un pays qui se cherche encore, comme en attestent les hésitations stratégiques des tsars qui balancent entre la Prusse, l’Autriche ou la France. Homme incroyablement complexe (et qui mérite en effet sa biographie), Paul Ier se retrouva propulsé du jour au lendemain à la tête d’un empire après avoir été écarté des affaires durant des années. Son règne désastreux fut celui des volte-faces et des extravagances. De la folie ?

 

Avril 2020. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article