la Guerre finno-soviétique (novembre 1939-mars 1940), de Louis Clerc

Publié le par hogass_1864


L’actuelle conflit en Ukraine évoque pour l’amateur d’Histoire de nombreux parallèles avec la guerre d’Hiver : un puissant Etat, en s’appuyant sur de vagues prétextes, lance son armée contre un pays voisin mais voit, à la surprise générale, ses forces étrillées tout en suscitant un élan de sympathie internationale. Je n’irai pas plus loin dans le parallèle. Mon propos ne vise pas à tirer des conclusions d’une comparaison entre la Finlande de 1939 et l’Ukraine de 2022. De plus, je suis toujours méfiant vis-à-vis des parallèles trop parfaits. Alors que faire de mieux que lire pour comprendre ? A travers la lecture de la Guerre finno-soviétique (novembre 1939-mars 1940), de Louis Clerc, j’ai voulu acquérir des clés de compréhension sur un conflit court mais au retentissement international.

Evoquons d’abord la forme. Comme d’habitude, les ouvrages publiés par Economica me tombent des mains tant ils sont visuellement dépassés. Plusieurs erreurs de typographie sont à relever (cela arrive mais un paragraphe qui commence par une proposition entre parenthèse censée se trouver à la fin du paragraphe précédent…). Les cartes des opérations sont curieusement placées. Ainsi, au beau milieu d’un chapitre consacré aux réactions internationales se trouve une carte illustrant le déploiement des forces et les axes d’attaque soviétiques. Enfin, il manque une carte globale de la région pour illustrer les revendications soviétiques et les rectifications effectives de la frontière. Reste que hors Economica, peu d’éditeurs proposent de tels sujets donc ne ne soyons pas excessivement difficiles…

Sur le fond, j’ai trouvé l’ouvrage excellent. La Guerre finno-soviétique (novembre 1939-mars 1940), de Louis Clerc, n’est pas un livre d’histoire militaire (l’auteur analyse toutefois très bien le retour d’expériences fait par l’Armée rouge du lancement raté de ses opérations). Louis Clerc propose une approche plus globale de cette guerre en abordant non seulement l’aspect militaire, mais également les aspects politique, diplomatique, culturel. Sur ce dernier point tout particulièrement, ses passages sur la place tenue par la guerre d’Hiver dans les sociétés finlandaise et soviéto-russe sont passionnants. Central dans la mémoire finlandaise, écrasé par la Grande Guerre patriotique en Russie, ce conflit eut des répercussions culturelles très diverses d’un pays à un autre. En témoigne son invocation lors des débats politiques portant sur l’adhésion de la Finlande à l’OTAN il y a quelques années (à l’aune de la situation actuelle et de ses conséquences en Finlande, je serais curieux de savoir comment la mémoire du conflit a été employée). L’exposé historiographique final de Louis Clerc donne toute la mesure de la portée de cette guerre, non seulement parmi les deux principaux protagonistes mais également au sein des autres nations occidentales. Louis Clerc donne ainsi à son livre une hauteur de vue remarquable.

La Guerre finno-soviétique (novembre 1939-mars 1940), de Louis Clerc, est un ouvrage court (200 pages) et synthétique d’excellente facture. L’ensemble de son propos est tourné vers une remarquable mise en perspective de ce conflit resté dans l’orbite de la Seconde Guerre mondiale. Rédigée en 2014, alors que le Donbass commençait à s’embraser, sa conclusion offre un lecteur un angle de réflexion tout particulièrement pertinent pour qui voudrait comparer une guerre passée et une guerre actuelle.

Avril 2022 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article