Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

La Mandchourie oubliée, Grandeur et Démesure de l’Art de la Guerre soviétique, de Jacques Sapir

Les questions doctrinales m’ont toujours intéressé. Depuis la lecture à sa sortie de la Chair et l’Acier, de Michel Goya, la manière dont l’emploi des forces est pensé et adapté constitue l’un des points centraux de mon intérêt pour l’histoire militaire. Le déclenchement récent de la guerre russo-ukrainienne a orienté mon attention sur la pensée militaire soviéto-russe*. Désireux de mieux comprendre cette dernière, j’ai fait l’acquisition de plusieurs ouvrages portant sur différentes opérations menées par l’Armée rouge de la Seconde Guerre mondiale. J’ai fait le choix d’une lecture à rebours, allant de la réussite la plus complète à l’échec le plus piteux. La Mandchourie oubliée, Grandeur et Démesure de l’Art de la Guerre soviétique, de Jacques Sapir constitue la première de ces lectures.

Jacques Sapir est économiste de formation et de profession. Il est surprenant au premier abord de le voir consacrer un ouvrage à l’histoire militaire. J’ai néanmoins trouvé son approche stimulante et réussie dans la mesure où elle élargit le spectre de l’analyse. Jacques Sapir explique en effet en quoi l’étude des questions doctrinales éclaire une société (celle de l’URSS en l’occurrence). L’étude des combats (1939 et 1945) entre Soviétiques et Japonais en Mandchourie lui sert d’appui pour illustrer son propos sur l’art de la guerre soviétique.

Comme écrit plus haut, l’approche de Jacques Sapir est stimulante, expliquant en quoi une doctrine n’est pas un concept éthéré mais le produit d’une dynamique sociale. Ce chapitre s’avère passionnant, tout comme le sont les récits et analyses des campagnes de Mandchourie. A ce titre, la Mandchourie oubliée, Grandeur et Démesure de l’Art de la Guerre soviétique offre des clés de compréhension sur la pensée militaire soviétique et ses applications concrètes. L’écriture est parfois conceptuelle mais le style reste clair tout au long du livre. 

C’est dans son articulation que l’ouvrage pêche. Son titre laisse penser qu’il s’agit d’une histoire des campagnes de Mandchourie tandis que l’auteur annonce centrer son propos sur la compréhension de la pensée militaire soviétique. Enfin, le dernier chapitre s’avère très conceptuel, à la limite du hors-sujet, et égare le lecteur. Enfin, la conclusion est une ouverture sur l’URSS et la Russie dont le contexte d’écriture (le milieu des années 1990) affaiblit la pertinence. Si j’ai trouvé le cœur de l’ouvrage passionnant, les cinquante dernières pages ne m’ont guère convaincu. 

La Mandchourie oubliée, Grandeur et Démesure de l’Art de la Guerre soviétique, de Jacques Sapir est un livre qui intéressera doublement les lecteurs. Tout d’abord pour l’étude théorique et pratique de la pensée militaire soviétique. Ensuite pour découvrir les combats de Mandchourie, combats de la première et de la dernière heures, restés dans l’ombre d’autres batailles. Leurs portées stratégiques furent pourtant immenses et sont toujours visibles aujourd’hui. 

Avril 2022

*Rédigé dans le contexte de la guerre russo-ukrainienne, cet article n’a pas vocation à valider les prises de position de Jacques Sapir. Mon intérêt pour ce livre et son propos est avant tout historique et vise à élargir mes clés de compréhension du conflit en cours.
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article