Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

Le Duc de Marlborough, John Churchill, le plus redoutable ennemi de Louis XIV, de Clément Oury


J’ai découvert il y a deux ans la figure de John Churchill, duc de Marlborough (1650-1722), à la lecture de la Guerre de Succession d’Espagne, la fin tragique du Grand Siècle, de Clément Oury. D’emblée, le personnage m’a intéressé, et même fasciné. J’ai donc été très heureux d’apprendre il y a quelques mois qu’allait paraître une biographie de Marlborough par cet auteur dont j’avais beaucoup apprécié le premier livre. Comme le relève justement Clément Oury, l’historiographie de Marlborough commence tout juste à se renouveler. Entre détracteurs et hagiographes, la postérité de John Churchill a souffert de ces points de vue contradictoires. Le fait qu’une comptine pour enfant porte son nom ne contribue pas à élever son prestige. Grâce à son Duc de Marlborough, John Churchill, le plus redoutable ennemi de Louis XIV, Clément Oury nous offre une belle biographie de ce personnage central de l’Europe des années 1700.

Parmi les prédécesseurs de Clément Oury se trouve Winston Churchill lui-même, descendant direct de Marlborough, dont la monumentale biographie de son ancêtre associe à un caractère littéraire une double réflexion sur le positionnement du Royaume-Uni dans l’Europe des années 1930 et la figure de l’homme d’Etat. A travers le récit de la vie de son ancêtre, Winston Churchill met en abyme sa propre personne et la destinée qu’il espère pour la Grande-Bretagne et lui-même. Clément Oury le qualifie lui-même de « plus brillant biographe » de Marlborough. Pourquoi une nouvelle biographie de ce dernier ? Tout d’abord parce qu’il n’existe pas d’édition récente en français du livre de Winston Churchill. En 380 pages (hors notes et bibliographie), Clément Oury nous propose un livre enrichi de sources nouvelles, de plusieurs décennies de travaux historiques et d’une rigueur scientifique que ne possédait pas toujours Winston Churchill, naturellement prompt à défendre la mémoire de son ancêtre. Dans un style clair, il nous offre un ouvrage largement accessible qui nous plonge dans la vie exceptionnelle de John Churchill, duc de Marlborough. Ne boudons pas notre plaisir.

La structure du livre de Clément Oury est assez classique dans la mesure où elle suit un ordre chronologique. Pour les lecteurs de son ouvrage sur la Guerre de Succession d’Espagne, certains passages pourront sembler être des redites et trop s’attarder sur des événements ou des faits indirectement liés à Marlborough. Cela s’avère en réalité indispensable dans la mesure où John Churchill constitue une figure centrale de la Grande Alliance contre la France et l’Espagne, sa « clé de voûte » comme l’écrit Clément Oury. La plume de ce dernier fait ainsi naviguer le lecteur à travers toute l’Europe, des champs de bataille de Belgique aux cours princières en passant par le Parlement britannique et ses houleuses séances. Comme le montre l’auteur, Marlborough est une figure européenne, sur les plans militaire et politique, centrale non seulement sur la scène continentale mais également outre-Manche. Parmi les facteurs clés de l’influence de Marlborough dans la vie politique britannique, le rôle tenu par son épouse, Sarah Jennings (qui mériterait sans nul doute une biographie à elle toute seule) auprès de la reine Anne tient une place majeure. Ce mariage d'amour donna naissance à un duo politique de poids durant près d'une décennie. Il est intéressant à ce titre de lire la description du système politique britannique qui prend progressivement la forme de son visage actuel.

Mon regret porte sur la manière d’aborder les talents militaires de Marlborough. Général invaincu, Marlborough apparaît incontestablement, aux côtés du Prince Eugène, comme l’un des plus grands chefs militaires de son temps. Remarquable manœuvrier, il remporte de spectaculaires victoires, inhabituelles pour des opinions accoutumées à une lente guerre de siège. Tacticien hors pair, il est également doté d’une vision stratégique d’ensemble alors que les années passées en Belgique auraient pu au contraire la rendre étriquée. On se prend ici à se demander ce qu’aurait produit Marlborough s’il avait eu sous ses ordres une armée réellement taillée pour la manœuvre, comme le furent un siècle plus tard les corps d’armée napoléoniens. Clément Oury place son analyse des capacités militaires de Marlborough en conclusion de son livre. Si je trouve son analyse assez juste (notamment sur l’appréhension du facteur logistique par John Churchill), lire ces lignes en fin d’ouvrage affaiblit la portée analytique d’une réflexion qui aurait mérité une partie à part entière. Ce n’est toutefois qu’un regret sur la forme, probable résultat d’un biais personnel porté sur l’analyse tactique et opérationnelle. Les lignes écrites par Clément Oury sont extrêmement intéressantes à lire et nous démontrent une fois de plus que le Grand Siècle reste trop souvent un champ en friche en termes de réflexions sur la chose militaire. 

Au-delà de cet aspect purement militaire, Clément Oury s’intéresse largement à la postérité artistique de Marlborough en y consacrant une partie. Architecture, peinture, littérature : John Churchill a considérablement inspiré ses contemporains, en sa faveur ou en sa défaveur. A une époque dépourvue de réseaux sociaux, une réputation se construit ou se détruit dans ces champs dont l’auteur nous fournit une passionnante description.

J’écrivais plus haut que j’avais été très heureux d’apprendre la parution d’une biographie de Marlborough. J’ai été très heureux de lire ce livre. John Churchill, duc de Marlborough, est une personnalité qui mérite d’être connue. Grâce à ce livre, Clément Oury nous le rend accessible.

Mai 2022

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Tellement fat et imbu de lui lui-même au point d'etre importun à la coure et au pouvoir en sorte que la reine Anne l'avait relégué dans ses terres, il est vrai, somptueusrs là, où Churchill a passé son enfance ! Cf l'oeuvre" la reine Anne" de Swift... Ce dernier a côtoyé cette souveraine.
Répondre