Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

les Forteresses de l’Empereur : Napoléon et ses ingénieurs militaires dans l’Europe en guerre, de Martin Barros, Michel Roucaud et Olivier Accarie-Pierson

La pratique de la guerre par Napoléon est surtout connue à travers son art de la manœuvre. Moins connu est son rapport à la guerre de siège. Il faut toutefois se rappeler que c’est à l’occasion d’un siège, celui de Toulon, que le jeune capitaine Bonaparte entama son ascension météorique. Tout au long des guerres napoléoniennes, les places fortes et le génie jouèrent un rôle crucial dans la stratégie impériale. C’est tout l’intérêt de ce livre, les Forteresses de l’Empereur : Napoléon et ses ingénieurs militaires dans l’Europe en guerre (ouvrage collectif de Martin Barros, Michel Roucaud et Olivier Accarie-Pierson), que de mettre en avant cet aspect des guerres napoléoniennes.


Tiré d’une exposition présentée à Vincennes au Service historique de la Défense de février à juin 2022, l’ouvrage est pourvu d’un riche contenu iconographique. Plans, croquis, gravures se succèdent tout au long de la centaine de pages que comporte les Forteresses de l’Empereur : Napoléon et ses ingénieurs militaires dans l’Europe en guerre. A ce titre, l’objet est superbe et se consulte avec plaisir.


La lecture des Forteresses de l’Empereur : Napoléon et ses ingénieurs militaires dans l’Europe en guerre se révèle non moins intéressante sur le plan des connaissances. En plusieurs parties claires et synthétiques, les auteurs brossent un panorama très intéressant de la poliorcétique et du génie militaire à l’ère des guerres napoléoniennes. Le propos sort le lecteur d’une vision schématique figée sur Vauban et la ligne Maginot. La poliorcétique (et la guerre en cours en Ukraine nous montre toute l’actualité de la notion de siège) est un art vivant. Ainsi, entre Vauban et le système Séré de Rivière (post-1870), il y a non seulement Napoléon et l’intégration des places fortes dans sa stratégie afin d’appuyer le mouvement de ses armées, mais également l’évolution des techniques de construction et de siège. Quelques autres points intéressants sont à souligner. Tout d’abord la part importante d’officiers du génie dans les états-majors : en effet, la formation technique et méthodique que ces officiers reçoivent les rend très rapidement aptes à tenir des fonctions d’officier d’état-major dans les armées de l’Empire. Ils seront plus tard éclipsés par la création du Corps d’Etat-Major sous la Restauration. Autre point intéressant : l’extension ininterrompue des frontières de la France mena Napoléon à négliger l’entretien des forteresses de la Ceinture de Fer de Vauban. En 1814, ces places fortes autrefois puissantes ne parviendront pas empêcher l’invasion du territoire national par les armées coalisées.


C’est une lecture stimulante que je recommande aux lecteurs désireux d’approfondir un aspect considéré comme secondaire des guerres napoléoniennes. Accompagné de sa très belle iconographie, les Forteresses de l’Empereur : Napoléon et ses ingénieurs militaires dans l’Europe en guerre nous démontre le contraire. 


Juin 2022

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article