Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

S’adapter pour vaincre, de Michel Goya

Il y a des livres qui attendent quelques années sur les étagères pour diverses raisons : manque de temps ou d’envie, ne correspond pas au centre d’intérêt du moment. On sait pertinemment qu’un jour il sera sorti mais plusieurs années peuvent s’écouler. Et puis survient un jour où soudainement, l’envie surgit. Je possède S’adapter pour vaincre, de Michel Goya, depuis sa parution en 2019. Je ne sais plus pourquoi je l’ai pris sur mon étagère il y a quelques jours mais il entre parfaitement dans cette catégorie de livres que je viens de décrire.

Quel est l’objet de cet ouvrage ? Le titre, S’adapter pour vaincre, est très clair : il s’agit pour Michel Goya d’étudier les mécanismes de l’adaptation, d’évolution et d’innovation mis au service de la victoire. Sept cas concrets, chacun long d’environ 40-50 pages, illustrent sur deux siècles la confrontation de différentes armées (au sens large : armée de terre, marine, armée de l’air) à la nécessité de s’adapter à un certain nombre de facteurs (contexte, technologie, personnes). 

Depuis la lecture de son premier livre, la Chair et l’Acier (réédité sous le titre l’Invention de la guerre moderne : du pantalon rouge au char d’assaut 1871-1918) puis ensuite Irak : les armées du chaos, Res militarisSous le feu : la mort comme hypothèse de travailles Vainqueurs, comment la France a gagné la Grande Guerre, ainsi que ses articles sur son blog la Voie de l’épéeje retrouve à chaque fois avec plaisir la plume de Michel Goya. Maniant aisément la langue française, il sait accrocher son lecteur, rendre concrets et intelligibles des points qui sans cela pourraient paraître arides. Pour ma part, je suis toujours impressionné par cette capacité à allier concept et pratique dans un même texte. S’adapter pour vaincre ne fait pas exception à la règle. Chaque partie se lit avec plaisir et fluidité. Hors notes et bibliographie (grâce à la diversité thématique du livre, la lecture de cette partie constitue une vaste source de lectures plus variées ou plus approfondies), le cœur de l’ouvrage totalise 378 pages.

Les chapitres se succèdent, apportant chacun leur lot de cas concrets et d’analyses, et nous mènent tout droit vers la conclusion. Celle-ci cristallise toute l’idée maîtresse de S’adapter pour vaincre : il n’y a pas de moteur unique et central de la transformation dans une armée. Les multiples mécanismes qui œuvrent ensemble, avec plus ou moins de fluidité, à faire évoluer la machine militaire interagissent dans un chaos organisé. Point par point, Michel Goya revient sur ces nombreux éléments, plus ou moins maîtrisés, entraînant avec un succès variable le mouvement de pesants ensembles vers une meilleure performance opérationnelle. Surtout, loin d’être la simple compilation de récits, S’adapter pour vaincre nous montre d’abord qu’une armée n’est pas un objet isolé, mais l’émanation d’une société et est à ce titre touchée par ses dynamiques profondes.

Juin 2022

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article