Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

The Nature of the Operations of Modern Armies, de V.K. Triandafillov

Aux côtés, entre autres, de Georgii Samoilovitch Isserson et son the Evolution of Operational Art, Vladimir Kiriakovitch Triandafillov figure parmi les premiers penseurs dans les années 1920-1930 de l’art opératif soviétique. Mort dans un accident d’avion en 1931, V.K. Triandafillov n’a pu assister à la confrontation au réel de l’Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale et à la mise en application des théories élaborées par lui-même et ses pairs (mais aurait-il survécu aux purges staliniennes ?). Son ouvrage maître, the Nature of the Operations of Modern Armies, figure en effet parmi les références intellectuelles de l’art opératif, ce courant de pensée militaire soviétique. C’est à ce titre que je me suis naturellement intéressé à cette lecture.

The Nature of the Operations of Modern Armies n’est pas une lecture aisée. A l’instar du livre d’Isserson, le traducteur explique les difficultés de la traduction du russe vers l’anglais. Le livre est relativement court (170 pages, introduction comprise). Le prix à l’achat (50-60 euros) est malheureusement dissuasif. 

En termes de contenu, the Nature of the Operations of Modern Armies a mal vieilli sur un certain nombre de points. V. K. Triandafillov appuie son argumentation sur des normes d’engagement et des abaques qui sont aujourd’hui hors de propos, que ce soit en termes d’évolution technologique ou de volumes de forces engagées. Le lecteur ne trouvera pas dans the Nature of the Operations of Modern Armies de recettes miraculeuses sur la victoire et la manière de concevoir et mener les opérations. C’est ailleurs qu’il faut trouver les principales lignes de force de cette lecture.

D’une part dans la structure du raisonnement de V.K. Triandafillov, la manière dont il observe et intègre les enseignements du passé et des technologies montantes suscite l’intérêt. L’officier soviétique fonde son propos sur l’étude des conflits récents (en premier lieu la Première Guerre mondiale) et de leurs développements technologiques (au premier rang le char, l’avion et le canon à tir rapide dont il comprend l’impact sur le champ de bataille). D’autre part pour mettre en perspective la pratique de la guerre par les armées soviétique puis russe. Les campagnes de l’Armée rouge entre 1941 et 1945, tout comme l’actuelle guerre en Ukraine, constituent des points d’étude très intéressants afin de comparer le développement dans la pratique des théories des penseurs militaires soviétiques. La notion de profondeur, l’accent mis dans la culture militaire soviéto-russe sur l’artillerie, le lien de cause à effet entre la logistique et le rythme des opérations figurent entre autres parmi les aspects décrits par V. K. Triandafillov. Ce dernier ne se fait pas d’illusion sur les caractéristiques de la guerre future : la profondeur et la puissance des dispositifs défensifs imposeront des opérations longues et coûteuses en hommes, matériel et munitions. La nécessité de maintenir (notamment par le chemin de fer) les flux logistiques indispensables pour conserver aux armées leur puissance offensive dictera un rythme séquencé aux opérations, étalé dans le temps et l’espace. La lecture est aride. Mais à cette aridité se mêle la clarté du propos, percutant et puissant. 

Que retirer d’une telle lecture ? La compréhension d’une culture militaire et de sa mise en pratique sur le champ de bataille, hier ou aujourd’hui. L’étude d’un raisonnement et d’une méthodologie. Enfin, tout comme Isserson, ce n’est pas un livre dont on assimile d’emblée le propos. Il me faudra des retours, de nouvelles immersions, des échanges avec d’autres lecteurs (et peut-être des corrections à ce que j’écris actuellement) pour bien m’approprier la pensée de l’auteur. En cela la lecture d’un tel livre est passionnante car elle n’est pas définitive. Au contraire, elle pose de nouvelles perspectives intellectuelles. 

Juin 2022
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article