Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

#CeJourLà - 9 septembre 1943 : le Débarquement de Salerne

 

#CeJourLà 9 septembre 1943 - Débarquement de Salerne. Après la chute de la Sicile à l’été 1943, une armée anglo-alliée débarque en Italie du Sud à proximité de Naples. C’est l’opération Avalanche. Que retenir de cet événement ? 

 

Dans la continuité des débarquements en Afrique du Nord (Torch, novembre 1942) et en Sicile (Husky, juillet 1943), les Alliés poursuivent leur offensive en Méditerranée en concentrant leurs efforts sur l’Italie. Une opération amphibie est ainsi décidée afin de prendre pied sur la face occidentale de la botte. Naples, grand port crucial pour les flux logistiques, est un objectif allié. A proximité, la baie de Salerne constitue une zone de débarquement favorable. 

 

 

La 5e Armée US est divisée en deux corps : le 10e Corps britannique, composée des 46 et 56e DI, et le 6e Corps américain, formé des des 36e et 45e DI. Des Commandos britanniques et Rangers américains sont également présents. Le général américain Clark commande cette armée. La 7e DB britannique (les Rats du Désert) et la 82e Division aéroportée US complètent ces unités. Avec les forces spéciales, ce sont les forces les plus expérimentées de la 5e Armée US. D’importantes forces navales et aériennes appuient les troupes depuis la mer et les airs. 

 

Mussolini a été déposé en juillet. Le gouvernement italien se montre de plus en plus réticent à poursuivre le combat. Le 8 septembre 1943, la veille d’Avalanche, il annonce un armistice avec les Alliés. D’importantes forces allemandes sont présentes Italie. Immédiatement, elles désarment les troupes italiennes et prennent le contrôle des points du clé du pays. A Salerne, c’est la 16e Panzer Division qui défend le secteur. Articulée en Kampgruppen (KG - groupement tactique interarmes), la 16e PzD est une unité blindée puissante et expérimentée. Placée à proximité des plages, elle est apte à mener une manœuvre mécanisée contre les têtes de pont alliées. D’autres divisions blindées et mécanisées sont proches.

 

Le 9 septembre 1943, les divisions alliées, parties de Sicile et d’Afrique, débarquent sur les plages italiennes. D’emblée, elles doivent mener de durs combats et font face à de violentes contre-attaques allemandes.  Pour la majeure partie de l’infanterie alliée, issue de la Territorial Army britannique ou de la National Guard américaine, c’est le baptême du feu face à des soldats allemands vétérans du Front de l’Est ou des combats en Sicile.  L’absence de moyens antichars dans la première phase du débarquement les pénalise face aux blindés allemands. L’avance est plus faible que celle planifiée par les états-majors alliés. 

 

 

L’arrivée de nouvelles forces blindées-mécanisées allemandes rend plus précaire la position alliée. Couronnée par de hauts reliefs, la tête de pont est cantonnée à la plaine côtière.

 

 

Quelques jours après le débarquement, les Allemands déclenchent une contre-attaque massive. Les forces alliées dans la tête de pont sont durement frappées et reculent de plusieurs kilomètres mais tiennent. Les parachutistes de la 82e Aéroportée sont largués dans la tête de pont. Ces combattants chevronnés renforcent les lignes américaines. La 7e division blindée britannique, les Desert Rats, est également débarquée. Ses hommes sont des vétérans qui ont combattu en Afrique du Nord depuis 1940. La puissance de feu alliée est écrasante et joue un rôle décisif dans l’échec du contre allemand. A l’artillerie débarquée s’ajoute l’appui feu naval. Les assauts allemands finissent par être brisés par les obus alliés. 

 

 

Le succès allié dans sa manœuvre des feux constitue à ce titre un facteur de succès majeur dans la résistance de la tête de pont. Le 17 septembre, plus d’une semaine après le début d’Avalanche, les forces allemandes rompent le contact. Le débarquement britannique dans le pied de la botte, allié à l’usure des forces combattant à Salerne, affaiblit la position de la Wehrmacht en Italie du Sud. 

 

La retraite est décidée. Les Allemands se replient sur des lignes de défense barrant la largeur de la botte italienne. A quelques dizaines de kilomètres de dizaines de kilomètres se trouvent la ligne Gustav et Monte Cassino, sur lesquelles les Alliés se heurteront. 

 

 

Les hésitations du général Clark aboutissent à une molle poursuite des forces allemandes en retraite. Naples est libérée le 1er octobre 1943. Durant les combats de Salerno, les Alliés perdent environ 12 000 hommes. Les Allemands entre 3000 et 4000. Le bilan est donc mitigé du côté allié. Les objectifs ont été atteints avec du retard au prix de lourdes pertes et les Allemands sont parvenus à se rétablir sur de puissantes lignes défensives qui barreront longtemps la route vers le nord de l’Italie. 

 

La puissance de feu alliée se montre toutefois être un facteur de succès décisif. Cela se vérifiera une nouvelle fois en Normandie, où les armées alliées, notamment américaines, montreront des qualités manoeuvrières bien supérieures à celle affichées en Italie en 1943. La leçon a été retenue. 

 

Septembre 2022

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article