Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

Combattre en dictature : 1944 – la Wehrmacht face au Débarquement, de Jean-Luc Leleu

Aparté : cet article est le 200e publié sur des Etagères et des  Livres. Symboliquement, c’est un cap qui est franchi. Depuis mars 2016, soit six ans et demi, je m’efforce de maintenir cette démarche de partage de lectures, réflexions et autres. Merci à tous les lecteurs, réguliers et occasionnels, silencieux ou non, dont la présence donne du sens à ce projet.

__________

La littérature (au sens large : historique, de fiction, mémorielle) sur la Bataille de Normandie est vaste. Plusieurs fois, j’ai lu ou entendu que tant de choses avait été écrites sur le Débarquement du 6 juin 1944 et les semaines de combat qui ont suivi que les nouvelles parutions sur ce sujet n’apportaient rien de nouveau. Heureusement, il existe des lectures qui nous détrompent. Combattre en dictature : 1944 – la Wehrmacht face au Débarquement, de Jean-Luc Leleu, est un exemple.

L’auteur l’explique clairement dans son introduction : Combattre en dictature : 1944 – la Wehrmacht face au Débarquement n’est pas à proprement parler un ouvrage d’histoire militaire. Il croise les disciplines, faisant notamment appel à la sociologie. Le sujet, les forces armées allemandes en Normandie durant l’été 1944, constitue pour Jean-Luc Leleu un prisme à travers lequel il étudie les comportements, individuels et collectifs, au sein de la Wehrmacht. Le résultat est une lecture passionnante, de très haute volée, « rafraîchissante » pour reprendre un avis vu sur les réseaux sociaux.

C’est une lecture copieuse qui est proposée : environ 570 pages, plus 200 pages de notes, bibliographie et annexes (elles-mêmes bien fournies). La somme ne doit pas effrayer le lecteur, tant le livre possède une richesse et une profondeur assez impressionnantes. Bien que multithématique et multidisciplinaire, le propos progresse de manière claire et rigoureuse. Jean-Luc Leleu parvient habilement à naviguer de considérations stratégiques à l’expérience individuelle d’un soldat dans son trou de combat en passant par l’analyse de la répartition dans le temps des pertes allemandes ou le poids des addictions. Loin de se disperser, l’auteur chemine fermement et sûrement vers la démonstration de son idée maîtresse.

La guerre était déjà perdue à l’Est, le Débarquement à l’Ouest a d’abord contribué à la recomposition politique de l’Europe de l’après-guerre. Face à cette situation, la Wehrmacht, des chefs jusqu’aux simples combattants, n’a fait que s’enfoncer dans un aveuglement collectif et meurtrier. Un mélange de coercition, de consentement et de mensonge s’est diffusé à tous les niveaux, menant à « un naufrage moral » pour reprendre le titre d’un article écrit par Jean-Luc Leleu dans la revue Inflexions.

Je recommande vivement la lecture de Combattre en dictature : 1944 – la Wehrmacht face au Débarquement. Sortant des sentiers battus de l’histoire militaire, Jean-Luc Leleu nous offre une belle et puissante démonstration sur ce qu’est l’armée d’une dictature. C’est une matière à réflexion qui trouve toute sa place dans l’actualité que nous propose ce livre. Le métier des armes ne se limite pas à une culture autoritaire aveugle et brutale, à l’instar de celle qui existait dans la Wehrmacht nationale-socialiste. En creux, c’est bien la force du consensus démocratique dans les armées qui nous est montrée.

Septembre 2022

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bravo pour la 200ème, faut continuer...La lecture de votre blog est vraiment "rafraichissante", les critiques laissent souvent passer votre personnalité, et tant mieux, cela change des avis un peu formatés. <br /> Les sujets très variés nous poussent à nous intéresser à des périodes ou des personnages que personnellement je connais peu et c'est tant mieux !!! Allez encore 200.
Répondre