Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

Irak - les armées du chaos, de Michel Goya

Lecture effectuée d’après la 1re édition du livre.

Alors que j’étais adolescent, la guerre en Irak faisait la une des médias. La chute de Saddam Hussein en 2003 puis les attentats et attaques de la guérilla contre l’armée américaine ou la population égrenaient les journaux télévisés ou les dépêches de la presse écrite. Mais au-delà des images de blindés ou de soldats dans les rues irakiennes, qu’en était-il de la réalité militaire ? Âgé d’une quinzaine d’années, c’est vers cette question que mon goût pour la chose militaire me portait déjà. Lorsqu’Irak – les armées du chaos, de Michel Goya, est paru en 2008, il est venu combler un besoin d’avoir une vision claire des opérations menées en Irak. Je me rappelle l’avoir dévoré. C’est un livre que je n’avais pas ressorti de mes étagères depuis des années. Plusieurs raisons m’ont poussé à le relire. Dans le contexte actuel de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, où notre vision de la guerre est focalisée sur la haute intensité (absorbée même), en quoi le travail de recherche mené sur un conflit de contre-insurrection peut-il nourrir ma réflexion sur la guerre en général ? De plus, quinze ans après sa rédaction, comment un livre peut-il vieillir ? Enfin, entre ma première lecture de ce livre et maintenant se sont écoulées quatorze ans. Durant cet intervalle, j’ai eu d’autres lectures, vécu d’autres expériences. Comment enrichissent-elles ma lecture (et donc ma compréhension) d’Irak – les armées du chaos ?

J’ai déjà évoqué dans plusieurs articles la plume de Michel Goya (entre autres Les Vainqueurs - Comment la France a gagné la Grande GuerreS’adapter pour vaincre). Fluide, alliant sans difficultés théorie et pratique, l’écriture de l’ancien colonel de l’armée de Terre possède la particularité d’arriver à donner vie à des sujets en apparence arides. Irak – les armées du chaos est du même bois. Avec précision, Michel Goya décrit et analyse la dégradation de la situation en Irak après la fulgurante victoire américaine du printemps 2003. Le décalage entre la culture militaire des forces armées américaines, leur pratique de la guerre et la réalité de la situation irakienne porte de rudes coups à l’action de la Coalition et suscite le rejet plutôt que l’adhésion de la population. La diversité des acteurs irakiens (Chiites, Sunnites, djihadistes étrangers, Kurdes, forces armées et de sécurité) et étrangers (Américains, Britanniques, contingents multinationaux, mercenaires et contractors) ajoute à la confusion. Faute d’ajuster leurs objectifs (trop ambitieux) et leurs moyens (tiraillés entre un modèle léger de haute technologie et un modèle plus lourd et plus massif), les Etats-Unis échouent dans leur ambition de transformer en profondeur l’Irak.

De notre position, il est aisé en relisant ce livre de porter un jugement péremptoire sur les faits et les acteurs. Presque vingt ans après le déclenchement de l’offensive américaine, nous connaissons la suite des événements : le début de la guerre civile syrienne, l’émergence de l’Etat islamique, le maintien et l’extension d’une opération multinationale au Levant. Dans ce cadre, l’enjeu pour le lecteur est de ne pas tomber dans le piège du jugement a posteriori. Une telle relecture constitue également un exercice intéressant pour identifier et analyser ses propres biais. Un paragraphe du livre m’a par exemple profondément frappé.  Michel Goya décrit un débat agitant l’US Army sur la priorité à donner : contre-insurrection ou préparation à la haute intensité. Alors que la guerre et son cortège sanglant se sont à nouveau imposés en Europe, que la Chine et les Etats-Unis se font face dans le Pacifique, il serait simpliste de se dire que les uns avaient totalement tort et les autres totalement raison. Il me paraît toutefois juste de se poser la question et d’y réfléchir. En effet, l’exemple de l’armée américaine des années 2000 nous montre une force armée d’une part mise en face d’un ennemi qu’elle ne parvient pas à vaincre, d’autre part confrontée à un potentiel adversaire majeur. Comment équilibrer l’immédiat (la lutte contre la guérilla en Irak et parallèlement en Afghanistan) et le long terme (la montée en puissance de la Chine et de la Russie) ? La guerre en Irak nous fournit un cas de figure intéressant. C’est à ce niveau que peut être mobilisée notre connaissance a posteriori des événements. Non pas pour juger les uns et les autres, mais pour analyser la manière dont l’armée américaine a résolu (ou pas) ce débat. A ce titre, Irak – les armées du chaos est un jalon utile et précieux dans cette réflexion.  

Force est de constater que cet ouvrage a bien vieilli. Comme évoqué plus haut, il constitue une brique dans notre réflexion sur l’évolution de l’art de la guerre. Les premières années de la guerre en Irak ont fait tanguer le navire US Army en générant de l’incertitude en son sein. Voyant son modèle militaire bousculé, celle-ci a réagi avec plus ou moins de vigueur, avec plus ou moins de justesse. Quinze ans après sa parution, Michel Goya et son Irak – les armées du chaos nous rappellent que la première chose qui crée le brouillard de la guerre, c’est d’abord nous-même.

Octobre 2022

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article