Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éclectisme des goûts : lecture, Histoire, défense, Star Wars. Des choses à partager et faire découvrir au gré de l'inspiration.

#CeJourLà - 9 août 1945 : l’offensive soviétique en Mandchourie

#CeJourLà 9 août 1945. Cette date est connue pour être celle du bombardement atomique de Nagasaki mais c’est également celle du début de l’offensive soviétique en Mandchourie. Que retenir de cette offensive brève mais décisive ? ⬇️

🟢 Staline a promis aux Alliés d’entrer en guerre en Extrême-Orient contre le Japon une fois l’Allemagne vaincue. Dès le printemps 1945, d’importantes forces sont transférées en Extrême-Orient. C’est un tour de force logistique qu’accomplit l’Armée rouge en quelques mois en acheminant d’Europe vers l’Extrême-Orient des milliers d’hommes et des quantités importantes de matériels.

🟢 La Mandchourie est une vaste zone, occupée depuis des années par l’Armée japonaise du Kwantung. Celle-ci connaît le terrain, globalement favorable à la défense. Elle est toutefois affaiblie par les ponctions opérées au profit des forces en Chine et dans le Pacifique.

🟢 Les forces soviétiques concentrées en Extrême-Orient sont un mélange de vétérans du Front de l’Est, de conscrits et de troupes locales. L’artillerie est présente en masse afin de permettre la rupture du front. L’introduction des forces mobiles permettra ensuite l’exploitation des percées. T-34 dernier cri côtoient des chars BT-7 et T-26 obsolètes, ainsi que des Sherman américains envoyés en prêt-bail. D’importantes forces de cavalerie figurent également dans l’ordre de bataille soviétique. Un important dispositif logistique est mis en place afin de soutenir l’offensive et éviter son essoufflement.

Chars T-34 soviétiques

🟢 Le 9 août 1945, 1,5 millions d’hommes se lancent à l’assaut de la Mandchourie. La supériorité numérique et matérielle soviétique est écrasante mais l’Armée rouge agit contre le temps (tout particulièrement après le bombardement atomique d’Hiroshima trois jours plus tôt). L’enjeu pour l’URSS est d’obtenir le plus de gain possible en Extrême-Orient en prévision de la rivalité Est/Ouest qui s’annonce et d’étendre ainsi l’influence soviétique en Asie orientale.

L’Armée rouge à l’assaut de la Mandchourie

🟢 Trois semaines suffisent aux Soviétiques pour atteindre leurs objectifs : forgée par des années de guerre, commandée par des chefs et des états-majors expérimentés, l’Armée rouge est au sommet de son art. Elle démontre en Mandchourie une remarquable souplesse manœuvrière. Une fois la percée opérée, l’effondrement des forces japonaises s’accélère. L’importante préparation logistique porte ses fruits et permet le maintien du rythme de progression des avant-gardes soviétiques. Ces dernières frappent dans la profondeur du dispositif japonais. Fin août, la Mandchourie, les îles Kouriles et le nord de la Corée sont aux mains des Soviétiques. Les conséquences sont encore présentes aujourd’hui (deux Corée et contentieux russo-japonais sur les îles Kouriles)

Sur le plan opérationnel, cette offensive méconnue se révèle passionnante à étudier. Quelques lectures sur le sujet :
📚Aride mais fouillé et passionnant, the Soviet Strategic Offensive in Manchuria, livre de David Glantz 

📚 En français, abordant en partie l’offensive de 1945, la Mandchourie oubliée, grandeur et démesure de l’art de la guerre soviétique, ouvrage de Jacques Sapir, écrit dans les années 1990.

📚 Enfin, bien moins fouillé que le livre de Glantz mais plus global et synthétique, ce livre en anglais récemment paru : Stalin’s War on Japan : the Red Army’s Manchurian Strategic Offensive Operation 1945, de Charles Stephenson.
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article